Suite reportage page 2
 
C’est sur un flyer de Buschtaxi, remis au salon « Abenteuer & Allrad» en Allemagne, que nous avons appris l’existence d’une rencontre de vieux modèles Toyota série 4 et série 5, en Alsace. Comme cette destination est (presque) sur notre route de retour, il nous était impossible de ne pas y aller !! Ainsi, après avoir quitté le bivouac de Bad Kissingen, être passé chez Desert-Tec pour des modifications de Woki, et visité l’Alsace viticole, dont le charmant village de Gertwiller (vin blanc et pain d’épices), nous voici à Boofzheim, lieu du rassemblement. Boofzheim est situé à 30 km au sud de Strasbourg et à proximité de la frontière allemande, dans la région du " Grand Ried " délimitée par le Rhin et l'Ill. Le terme « ried » est dérivé du mot « Rieth » qui signifie jonc / roseau.
     
 
Nous arrivons un peu en avance, dès le jeudi après-midi au camping du Ried. Quelques véhicules sont déjà là. Nous faisons connaissance avec Christian et Nathalie de la région parisienne. Ils ont restauré un vieux BJ orange avec une super remorque "camping BJ" de la même couleur. C’est plus que de la restauration d’ailleurs. En effet, Christian a réalisé entièrement les pièces de carrosserie en aluminium, Nathalie celles en matériau composite. Christian est aussi intarissable sur la mécanique. La remorque a été réalisée entièrement par ce couple de passionnés. L’empattement de la remorque est plus étroit que celui du BJ. Chaque élément qui la compose est reproduit à l’identique des pièces d’origine d’un Toyota BJ (polyester et aluminium).
     
 
Cet évènement est organisé par un petit groupe d'amis ayant une passion commune, le Toyota Land Cruiser série 4 et série 5. Photos ci-dessus les séries 4 et ci-dessous les séries 5. Ils s'inscrivent dans l'histoire des Toyota.
1960 est l’année de l’apparition de la Série-4, reconnaissable aux passages de roues arrières en lignes droites, à l’entourage de phare arrondi sur la calandre et aux clignotants sur les ailes avant. Les premiers modèles sont bâchés.
1967
: production du FJ55, version 4-portes break basé sur le FJ40. Baptisé «Moose», il est surtout connu par son surnom « iron pig » (cochon de fer) en référence à sa calandre en forme de groin et à sa robustesse exceptionnelle. Son empattement plus long (2710 mm) a été conçu pour être vendu en Amérique du Nord et en Australie.
 
     
Tous les propriétaires de ce type de véhicule sont des passionnés qui aiment faire connaître l'histoire de leur Toy, de leur restauration. Comme Marc Bandieri, garagiste Toyota en Suisse, avec « The Collector » - FJ 55 de 1969, moteur essence (photo ci-dessus à gauche) qui arbore fièrement la copie de sa première carte grise et le récit de sa vie que voici :
"En 1968, Toyota fait ses débuts en Suisse. Seulement des voitures de tourismes sont importées. A la demande de certains clients, Toyota Suisse décide d’importer quelques 4X4 des USA. J’ai la chance de faire partie du voyage. Heureusement que je n’ai pas le mal de mer. Mon premier propriétaire n’est pas n’importe qui : le baron Edmond de Rothschild.

Ma vie avec lui s’est partagée entre la Suisse et la Haute-Savoie au ski …. une vie de luxe pas trop épuisante. Malgré tout, les routes salées en hiver ont très vite atteint ma carrosserie.

Un début de cancer est déclaré et je suis laissé à l’abandon. Heureusement, comme d’autres confrères, j’ai été repêché par le garage Bandieri en 1986. Dans un premier temps, j’ai été stocké à l’abri. Au début des années 1990, une restauration complète est engagée. Comme pour les cathédrales, cela prend du temps.

Et c’est enfin en 1999 que je reprends la route des sorties en vétéran. De temps en temps, Roland me confie des responsabilités comme véhicule d’accompagnement des randonnées de motos anciennes. On m’admire car je suis un des plus vieux Land Cruiser d’Europe et aussi pour mes caractéristiques différentes par rapport à mes semblables arrivés officiellement 4 ans plus tard. Si vous voulez me voir rouler, rendez-vous lors de la sortie des utilitaires du Vétéran Car Club Romand . "


Histoire des Toyota, avec la vidéo ci-contre
 
     
     
Nous retrouvons Michi de Desert-Tec, qui a fait le déplacement depuis Ellingen pour rencontrer d'autres fan de Toy. La passion pour ces véhicules se voit dans les moindres détails... jusqu'à la plaque d'immatriculation. Beaucoup de véhicules allemands ont réussi à obtenir le fameux numéro BJ45, avec un peu de patience et quelques connaissances bien placées. En France, les nouvelles immatriculations on été suivi de près, et l'attente des lettres BJ ont suscité beaucoup d'intérêt. On pouvait lire ceci sur le forum Serie4, le 18 février 2011 : "ca y est !!!!! les immatriculations commencant par BJ c'est a partir d'aujourd'hui" et "Pour les chanceux qui ont fait leur carte grise entre 14 et 15 heure ils ont eu BJ-...-BJ "
 
     
Ci-dessus des modèles avec châssis longs, pratique pour aménager en véhicule de vie pour des voyages autonomes. Il fait vraiment très beau, soleil et 30°C. Ce doit être le seul endroit en France avec une météo aussi favorable. Les places du camping du Ried sont très larges et on en profite pour ressortir notre petit BBQ.
 
     
Et non, notre nouveau voisin de camping n’a pas recouvert d’or son Toyota BJ. En fait, il a été réalisé en laiton et aluminium par la société Teseven. Elle est spécialisée dans la fabrication de caisses de Toyota série 4 en aluminium, qui permet de réaliser des motifs poly miroir. La peinture donne les derniers traits de caractère au véhicule. Ce modèle est unique.
 
     
Quelques images de situations imprévues, drôles et pour le fun.
 
     
En attendant demain la "brocante" des accessoires, certains commencent à déballer les pièces qu'ils vont pouvoir troquer. Bien que n'ayant pas de série 4 ou 5, nous sommes curieux. Nous rencontrons un groupe d'amis, dont Pierre, d'Aire sur la Lys (d'où un accent chti reconnaissable), qui a réalisé toutes sorte de gadgets, écusson, tee-shirt, adhésifs pour mettre sur le centre du volant, le levier de vitesse ou levier de boite de transfert, tous estampillés du nom japonais de la marque.

Pour l'histoire, en 1897, au Japon, M. Sakichi Toyoda crée sa première entreprise, la Toyoda Automatic Loom Works, (métiers à tisser automatiques). Dans les années 20, son fils, Kiichiro Toyoda s’intéresse de près à l’industrie automobile naissante. En 1933, il construit son premier véhicule : la Toyoda A.
Mais en 1936, le nom Toyoda est modifié, car en japonais il s’écrit avec 7 traits de pinceau. Le 7 étant un nombre associé à la malchance, l’ajout d’un huitième trait était nécessaire pour écarter le mauvais sort. Toyoda est transformé phonétiquement en Toyota. Ainsi ce nouveau nom est adopté et le logo est inventé.